Ciné-Journal #6 : 2001 et Twin Peaks, les odyssées de Kubrick et de Lynch.

Mots-clés

, , , , , ,

Revoir 2001, l’Odyssée de l’Espace au cinéma, c’est toujours un évènement. Le chef-d’oeuvre de Kubrick prend sa pleine dimension sur la surface réfléchissante d’un écran de cinéma.

À la suite de sa présentation à Cannes, la nouvelle copie 70mm du film est arrivée à Paris, en exclusivité au cinéma l’Arlequin, modeste écran dans une jolie salle noire.

2001capsulehotel

Comme Christopher Nolan lui-même l’avait expliqué à Cannes, il ne s’agit donc pas d’une restauration, plutôt d’une « non-restauration », l’objectif étant d’en tirer la copie la plus proche de celle exploitée à l’époque. L’on ne s’étonne pas alors d’y voir le grain, les petits craquements et autres points de collage. Ils font partie de l’émotion de l’ensemble, puisque le film est rendu à sa dimension organique; c’est comme si le spectateur voyait les bobines se dérouler.

2001capsuleBowmanPoole

C’est une expérience que l’on ne peut que vivre au cinéma, ces artéfacts n’auraient ainsi aucun sens sur les télévisions à écran plat, ultra HD, 4K et j’en passe.

La réalité physique du film, sa matérialité s’affirme ici, sur l’écran de la salle obscure.

Et l’image est magnifique ! Revoir le prologue avec ses décors en rétro-projection, le ballet des vaisseaux sur Le Beau Danube Bleu de Strauss, l’alignement des planètes sur le Also Sprach Zarathustra de l’autre Strauss, la sortie dans l’espace rythmée par la seule respiration de Bowman dans son scaphandre, puis son voyage à travers l’infini…

2001-l-odyssee-de-l-espace-en-70-mm-c-etait-dement__328745_

Tout est sublime et, surtout, tout est à l’épreuve du temps. L’extrême rigueur et l’exigence de Kubrick ont fait en sorte que ce qu’il a filmé en 68 reste si moderne 50 ans plus tard.

Pour point de comparaison, il suffit de revoir 2010, l’Année du Premier Contact, sorti en 85, la suite plutôt réussie de 2001,… qui bénéficiait pourtant des dernières technologies en matière d’effets visuels, pour se rendre compte qu’aujourd’hui s’il parait bien daté, 2001 l’Odyssée de l’Espace résiste toujours au temps qui passe.

2001back

Autre odyssée cette fois, celle d’un cinéaste, David Lynch, qui livre à la télévision son chef-d’oeuvre : Twin Peaks, The Return.

twin-peaks-revival-red-room-2747.jpg

Je me suis procuré le coffret exclusif de la Fnac, qui rajoute un disque de bonus en plus par rapport aux coffrets vendus dans les autres enseignes.

Sur ce disque, un voyage de près de 5h, divisé en 10 épisodes, dans les coulisses et le processus créatif de David Lynch.

C’est évidemment passionnant, la caméra s’attache surtout à suivre David Lynch sur ses plateaux, en discussion avec les acteurs, avec ses techniciens ou sculptant de ses mains quelques éléments de décor ou d’effets spéciaux.

bombtwinpeaks

De plus, voir ce making of n’enlève rien au mystère dans lequel baigne la série : lorsqu’il donne des indications de jeu aux acteurs, Lynch ne parle que d’émotions, il n’explique jamais vraiment ce qu’il a en tête.

Ce qui donne une séquence plutôt drôle dans laquelle il demande à Jim Belushi d’avoir l’air perdu. Celui-ci lui répond : « Ah, oui, comme dans la vraie vie ! » c’est à dire, comme sur le plateau de tournage, manière de dire qu’il ne comprend rien à ce que Lynch raconte. Kyle MacLachlan, alias Cooper, qui était à côté depuis le début, répond alors : « Moi, j’ai arrêté de poser des questions ». Le tout dans une ambiance conviviale, car c’est aussi ça que ce making of montre : une grande famille qui travaille ensemble et où les anciens sont tous heureux de se retrouver et accueillent les nouveaux à bras ouverts.

12-twin-peaks-2.w710.h473

Ce que l’on peut reprocher, en revanche, à cette série de reportages, ce sont les prétentions artistiques, « auteuristes », de celui qui les réalise, un certain Jason S., qui place à intervalles réguliers des déclamations vaguement poétiques dîtes par le compositeur de l’ensemble, Josef Maria Schäfer, qui sont plutôt ridicules, embarrassantes et inappropriées dans l’exercice du making of.

Ces réserves mises à part, l’ensemble vaut l’achat et le visionnage.

twin-peaks-season-3-2017-017-woman-with-golden-orb

Publicités